Projet de classement de la carrière de Strud – 17e acte de protection aux abords du Bois de Mâle Plume !

21 Mars 2014 – Un nouveau projet de classement pour un site voisin du Bois de Mâle Plume a été soumis par le Gouvernement wallon .  Il s’agit de la Carrière de Strud, qui se trouve à trois kilomètres à peine du site du Bois.

La carrière de Strud, à quelques kilomètres à peine du Bois de Mâle Plume

La carrière de Strud, à quelques kilomètres à peine du Bois de Mâle Plume

La carrière de Strud est un de ces endroits oubliés. Cachée sous la végétation, c’est à peine si les anciens se rappelaient que ses pierres avaient servi, anciennement, à la construction de quelques habitations locales.

(Re)découverte au début des années 2000, il s’avère qu’elle contient des fossiles d’une importance historique et scientifique exceptionnelle. On y a en effet découvert, notamment, un fossile complet vieux de 365 millions d’années. Peut-être le plus vieux fossile entier découvert à ce jour !

Ce nouveau classement serait le 17e acte de protection d’un site aux abords du Bois de Mâle Plume. Une preuve nouvelle de la richesse culturelle et patrimoniale de notre région.

Plus d’information sur la carrière de Strud ? Cliquez sur ce lien.

 

 

L’ASBL « Non à Mâle Plume » a désormais sa page Facebook

19 mars 2014 – A l’approche des élections, nous avons également souhaité préparer notre programme de communication.  Nous devons en effet nous faire entendre pour qu’enfin, le projet de Modification de Plan de Secteur soit présenté au Gouvernement wallon. 

Visitez la page Facebook de l’ASBL « Non à Mâle Plume, abonnez-vous à son flux d’actualités et surtout,    « likez » en cliquant sur ce lienPAGE FACEBOOK

Le Bois de Mâle Plume, protégé pour un an à dater du 11 février 2014 !

19 mars 2014 – L’enquête publique étant terminée, le Conseil Communal d’Andenne, sur la proposition du Collège communal et après en avoir délibéré en séance publique, a rendu un avis favorable au Classement du site du Bois Mâle Plume.  

Le Val de Gore, qui borde le bois "Mâle Plume"

Le Val de Gore, qui borde le bois « Mâle Plume »

Cette décision positive est un pas de plus vers un 16e mesure de sauvegarde et de protection de notre région et de ses sites magnifiques.

Elle offre également une année de tranquillité aux riverains du Bois de Mâle Plume, dès lors qu’en application des dispositions de l’article 208 du CWATUPE, tous les effets du classement s’appliquent provisoirement au bien concerné pendant une période d’un an prenant cours à la date du 11 février 2014.

Et comme le prévoit l’article 206 du même Code, le propriétaire ne peut apporter au site ou y laisser apporter un changement définitif, sans avis préalable du Département du Patrimoine du SPW.

L’enquête publique pour le projet de classement du Bois de Mâle Plume est terminée

Lundi 17 mars 2014 – L’enquête publique relative au projet de classement du Bois de Mâle Plume s’est clôturée vendredi dernier à 14h00.  L’ASBL et plusieurs riverains ont participé à cette enquête en adressant leurs remarques et observations au Collège Communal d’Andenne, afin d’enrichir le processus entamé par le Gouvernement wallon. 

Parmi les arguments prônant en faveur du classement, il est intéressant de souligner qu’au cours des 50 dernières années, pas moins de 15 mesures formelles de protection du Bois de Mâle Plume ou de ses abords immédiats ont été prises par les autorités wallonnes, et notamment un classement partiel du Bois lui-même.    

  • En Mai 1944, le classement du site formé par les Rochers du Samson, sur la commune de Thon, en raison de sa valeur esthétique.
  • En Octobre 1976, le classement du site formé par les Rochers de Goyet, situés dans la vallée du Samson, à Mozet.
  • En Novembre 1976, le classement des Rochers des Demoiselles et du pourtour de la vallée du Samson, incluant une partie significative du Bois de Mâle Plume.
  • En 1976 également, le classement des grottes de Goyet au patrimoine national de la Belgique
  • En Mai 1986, au moment de la publication du Plan de secteur de Namur, la qualification en zone naturelle de la rive gauche du Samson faisant face au Bois de Mâle Plume.
  • En Novembre 1987, le classement en zone d’habitat d’intérêt culturel et esthétique du centre de Thon et du hameau de Samson.
  • En 1995, l’intégration du village de Mozet à la communauté restreinte des « Plus beaux villages de Wallonie ».
  • En 1997, l’intégration du village de Thon à la communauté restreinte des « Plus beaux villages de Wallonie ».
  • En Décembre 1998, l’intégration des territoires de Mozet et de Thon dans le périmètre d’application du RGBSR (Condroz).
  • En Décembre 2001, l’intégration du bassin du Samson à la zone Natura 2000 de la Région Wallonne (en y retenant initialement l’entièreté du Bois de Mâle Plume).   
  • En Novembre 2006, la fixation d’un périmètre d’application du règlement général sur les bâtisses en site rural à Mozet et à Thon-Samson,.
  • En Octobre 2008, la demande de classement du site du Bois de Mâle Plume par la commune d’Andenne
  • En Septembre 2009, la demande de classement de la partie bordant le site du Bois de Mâle Plume au Sud, par la commune de Gesves.
  • En Août 2009, le classement du village de Mozet au titre d’ensemble architectural protégé de la Wallonie.
  • En Février 2009 enfin, le projet de mise en révision du plan de secteur de Namur en vue de l’inscription d’une zone forestière et d’une zone agricole à Andenne (Thon) et Gesves (Mozet) sur le site proprement-dit du Bois de Mâle Plume.

Ces 15 mesures sont autant de signes et d’actes administratifs qui ont harmonieusement épousé le développement économique et social de la région. Elles n’ont pas été imposées à la population. En prenant ces mesures, les autorités wallonnes ont simplement pris acte, en couches successives, de l’orientation touristique et culturelle progressive du bassin du Samson à travers le temps.  Le Bois de Mâle Plume est un élément constitutif majeur de notre région.  Sa mise en exploitation en carrière ruinerait 50 ans de développement.

Le classement de l’entièreté du Bois de Mâle Plume interviendra comme l’aboutissement d’une évolution naturelle et durable.  Une logique qui s’est progressivement imposée à l’ensemble des acteurs de la région: ses habitants, les riverains de ses sites magnifiques, les autorités communales, les nombreux visiteurs et l’ensemble des gouvernements wallons des 40 dernières années, toutes couleurs politiques confondues.

Va-t-on laisser un groupe industriel anéantir ce développement ? Détruire en un acte, la lente édification d’un écosystème ?  Pour notre part, la réponse est Non.