Communiqué de Presse d’Ecolo

La société Mâle Plume s’invite sur terrain d’autrui

Le Ministre creuse, le carrier aussi !

Ce mercredi 26, la société Mâle Plume S.A. a envoyé une société de topographie afin de prendre des mesures autour des terrains de Mâle Plume, n’appartenant donc pas au carrier, et y planter des jalons topographiques.

Ecolo dénonce avec force cette violation de propriété !

Cette attitude d’irrespect dénote des promesses tenues les mois précédents de travailler en total respect de leurs obligations.  Le carrier continue son étude d’incidence (qui trouve toute sa place dans la procédure), mais avec des méthodes que Ecolo dénonce.

Ecolo entend que le Ministre Antoine prenne ses responsabilités, sachant que la prise d’une décision de principe du Gouvernement wallon de réviser le Plan de secteur permet de refuser un permis conforme à la situation initiale du plan de secteur.  Cette décision revêt un enjeu capital pour le projet Mâle Plume dont l’étude d’incidence est déjà en cours.

Le Ministre doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour faire cesser les irrégularités constatées dans ce dossier, et de manière complémentaire, prendre une décision sur le changement du Plan de Secteur qui aille plus loin qu’un simple signal.

Ecolo entend obtenir des éclaircissements sur le suivi que le Ministre Antoine a donné à ses déclarations ; la députée wallonne Monika Dethier-Neumann l’interrogera prochainement à ce sujet.

Monika Dethier-Neumann
Députée Wallonne

Cécile Barbeaux
Conseillère communale Ecolo à Gesves

Hugues Doumont
Conseiller communal Ecolo à Andenne

Communiqué de Presse du Bourgmestre d’Andenne

Andenne, le 27 novembre 2008

Communiqué de presse

Mâle Plume, premiers actes illégaux !

En date du 10 novembre 2008, le Collège communal de la Ville d’Andenne avait déposé au Conseil communal un point en urgence relatif à un nouvel élément dans le dossier Mâle Plume (Andenne-Gesves).

Il s’avérait, en effet, qu’une déclaration de travaux de forages et de carottages dans le Bois de Mâle Plume avait été déposée auprès de l’Administration communale. Celle-ci a été déclarée irrecevable par le Collège communal en date du 3 novembre 2008 au motif que la nature de ces travaux requiert un permis d’urbanisme selon la consultation du Professeur Haumont de l’UCL, spécialiste en droit de l’urbanisme et de l’environnement.

Par mesure de précaution, le Collège communal avait néanmoins sollicité de la part du Conseil communal qu’une autorisation de principe d’ester en justice puisse lui être donnée pour l’hypothèse d’un recours auprès du Ministre régional wallon, Monsieur Lutgen, ou pour l’hypothèse où Solvay et Van Nieuwpoort, sans autorisation, réaliseraient une voie de fait. Le Conseil communal, à l’unanimité, s’était prononcé en faveur d’une action judiciaire si le cas devait se présenter.

Nous apprenons aujourd’hui via le collectif « Non à Mâle Plume » que des personnes engagées par les groupes Van Nieuwpoort et/ou Solvay se sont rendues sur les lieux pour y effectuer des mesurages et y planter des piquets rouges.

Plus grave encore, ces travaux de bornage ont été effectués sur des terrains n’appartenant pas à la société Mâle Plume. Les propriétaires concernés ont adressé au groupe hollandais Van Nieuwpoort des courriers confirmant qu’ils n’acceptaient pas que leurs biens soient utilisés pour quelque motif que ce soit.

Face à ces comportements illégaux, la Ville d’Andenne a fait constater les faits par la Police et le Conseiller en Environnement de la Ville d’Andenne. Ces rapports seront transmis à l’avocat désigné par la Ville, Maître Haumont, avec un dossier complet lui permettant d’ester en justice face à ces agissements scandaleux.

Restant à votre disposition pour tout commentaire complémentaire et ne manquant pas de vous tenir informé de la suite qui sera apportée par notre Conseil, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Claude EERDEKENS
Député-Bourgmestre

Communiqué de Presse du CDH d’Andenne

Andenne, le 27 novembre 2008
Section locale d’Andenne
 www.andenneinfo.be
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mâle-Plume : pour le CDH d’Andenne, Solvay et Van Nieuwpoort sont désormais hors-la-loi.

Les Humanistes andennais s’indignent de voir des propriétés privées violées par le cartel belgo-néerlandais.

Ce mercredi 26 novembre, la société de topographie mandatée par Solvay et Van Nieuwpoort a, en effet, procédé à des travaux de balisage et de bornage au mépris de plusieurs       propriétaires, et ce alors même que plus de 180 riverains ont adressé des courriers aux dites sociétés leur interdisant clairement le droit de passage sur leur propriété privée.
Les deux sociétés semblent ainsi anticiper les résultats de l’étude d’incidence qu’ils viennent d’entamer, mais aussi un processus d’expropriation sur lequel ils n’ont aucune maîtrise. Cette arrogance et ce sentiment d’impunité sont inacceptables.
Pour rappel :

  •  A l’initiative du CDH, le Conseil communal du 14 mars a fait voter un texte lançant une procédure de PCA (Plan communal d’Aménagement) destinée à amorcer dans l’urgence un changement d’affectation de la zone . Le lancement de cette procédure est à lui seul de nature à motiver un refus de permis ;
  •  André ANTOINE, Ministre wallon du Développement territorial, après avoir visité le site le vendredi 27 juin dernier, s’est prononcé contre l’exploitation du site, essentiellement pour des motifs de droit, et a initié une procédure de modification du plan de secteur ;
  •  Lle conseil communal du 10 novembre a voté les dispositions nécessaires pour attaquer, le cas échant, tout acte illégal dans le cadre du dossier Mâle Plume.

Notons également que le double discours de Solvay et Van Nieuwpoort est assez troublant.
D’une part, ces sociétés annoncent qu’elles conformeront aux obligations légales et administratives requises… et d’autre part elles envoient du personnel sur le site de Mâle Plume pour démarrer les phases de bornage relatives aux travaux de la carrière !

Le CDH d’Andenne, qui s’est investi depuis le début dans ce dossier, ne manquera pas de réagir concrètement à chaque faux pas des auteurs du projet.

Contact : Etienne SERMON – 0476 / 41.80.79

Jeudi 27 Novembre – Solvay et Van Nieuwpoort violent à nouveau la propriété privée et viennent enlever les piquets plantés la veille !

La saga des piquets continue.  Non contents d’avoir fait balisé le site d’extraction la veille, les sociétés Solvay et Van Nieuwport « remettent le couvert ».  Ce jeudi 27 novembre, l’employé de la société « PS Surveys » revenait à Thon-Samson et à Goyet, en présence et sous la supervision de Monsieur Brouckaert, le chef du projet.  Nouvelle intrusion sur les terrains !  Nouvelle violation de la propriété privée.  Et tout cela pourquoi ? Pour enlever les preuves du balisage !

Interrogé par les riverains sur les raisons de cet arrachage rapide, l’employé de la société « PS Surveys » a répondu:

« Parce que mon chef m’a demandé de venir tout retirer… ». 

Ne serait-ce la gravité des faits, on serait tenté de rire de cette saga hallucinante. Mais ceci n’est pas une farce. C’est un épisode grave et révélateur.

Il illustre à nouveau les méthodes et l’arrogance des candidats exploitants et tout particulièrement leur mépris quant aux règles élémentaires de droit, de politesse et de courtoise.  A Thon-Samson et à Goyet, les groupes Solvay et Van Nieuwport se considèrent déjà chez eux.  Un jour ils balisent nos terrains. Le suivant, ils arrachent leurs bornes oranges.  Pour eux, nos terres leur appartiennent déjà et ils comptent bien nous en exproprier !

L’étude d’incidences ne leur semble plus suffisamment rapide ni « efficace » ?  Qu’à cela ne tienne, ils envoient leurs propres mercenaires.  Et bien que près de 200 personnes leur ont adressé une lettre de refus du droit de passage, ils investissent progressivement les villages.  Montrant, si c’était encore nécessaire, le peu de considération et de respect qu’ils ont pour les riverains, les responsables communaux et les autorités régionales.

Dans le journal « Le Soir » de ce vendredi et dans leur communiqué de presse, les responsables de communication de la « SA Carrière Mâle Plume » cherchent déjà à soustraire leur client de ses responsabilités.  « Nous ne sommes pas en mesure de dire ce qui s’est passé »… « Nous multiplions les initiatives pour défendre ce projet en respectant les formes »… « Nous rappellerons au géomètre que la légalité doit toujours être repectée »…  « la SA Carrière Mâle Plume est particulièrement attentive au respect de la législation, en ce compris par ses sous-traitants »…

On croit réver !!!

 

Mercredi 26 novembre – Solvay et Van Nieuwpoort violent la propriété privée et viennent marquer leur carrière sur nos terrains !

Pendant que leurs responsables de communication font savoir par la presse, que les industriels se conformeront aux obligations légales et administratives, les groupes Solvay et Van Nieuwpoort envoient leurs propres prestataires pour démarrer les phases de bornage relatives aux travaux de la carrière !

A la provocation s’ajoutent désormais le mensonge, la manipulation et la violation de la propriété privée !

Ce mercredi matin 26 novembre, la société flamande de topographie « PS Survey » a envoyé un de ses collaborateurs à Thon-Samson et à Goyet pour arpenter les terrains autour du site du Bois Mâle Plume et y planter des piquets.

On se souviendra pourtant que plus de 180 riverains ont adressé chacun un courrier aux industriels confirmant leur refus d’un droit de passage sur leur propriété. On se souviendra aussi que la société « Gestion Mâle Plume » a interdit à l’asbl de se promener sur le site du Bois.  Nous avons respecté cette interdiction.  Solvay et van Nieuwpoort n’ont pas eu le même respect vis à vis de nous …

Ce mercredi matin, une jeep anonyme se gare sur la route du Try à Thon-Samson. Une personne de la société de topographie « PS Surveys » sort du véhicule et travaille plusieurs heures. Elle arpente les terrains qui n’appartiennent pas à ses clients et balise le site à l’aide de piquets oranges (cliquez sur chacune des photos ci-dessus). Interrogé, ce responsable prétend qu’il ne sait pas pour qui il travaille !

Van Nieuwpoort et Solvay se croient déjà chez eux.  Ils entament leurs travaux de bornage, parallèlement à l’étude d’incidence.

Pourrions-nous imaginer un tel comportement en Hollande ?

Une fois de plus, les groupes Solvay et Van Nieuwpoort n’ont de comptes à rendre à personne.

Leur arrogance, leur mépris et leur manque total de respect sont inacceptables.  Et ce nouvel acte d’agression est une preuve supplémentaire que pas une de leurs promesses ne sera tenue.

Il est important que nous restions tous vigilants, attentifs et mobilisés !

La commune d’Andenne doit être immédiatement informée de toute activité suspecte autour du site du Bois « Mâle Plume ».

L’ASBL veillera également à relayer toute information dans les plus brefs délais.