Les chemins communaux désormais inaccessibles pour les exploitants Solvay et Van Nieuwpoort !

Le Conseil Communal d’Andenne a voté son refus d’autoriser les candidats exploitants à utiliser la voirie et les chemins communaux pour accéder au site du Bois « Mâle Plume ».

Ainsi, le chemin communal qui relie Bonneville à la Vallée du Samson, notamment, et que les sociétés Van Nieuwpoort et Solvay comptaient utiliser pour accéder à la carrière est désormais inutilisable, même pour l’équipement du chantier.

Cette interdiction, ajoutée aux lettres de refus des riverains de permettre quelque passage que ce soit enferme définitivement le site du Bois « Mâle Plume ».

Pas d’entrée par le Sud et pas de sortie par le Nord. Pas de route et pas de tunnel !

On voit mal désormais comment l’étude d’incidence, si elle est faite dans la neutralité et le respect de l’ensemble de ces contraintes, pourra dégager une voie d’exploitation pour les promoteurs.

« Pas de tunnel, pas de carrière » avait plusieurs fois répété le porte parole de la société « Gestion Mâle Plume » ! Cher monsieur De Borman, cher monsieur Peterse, n’est-il pas temps d’accepter les évidences et de retirer votre projet ?

 

787 questions, observations ou remarques !

787 ! C’est le nombre de questions, d’observations ou de remarques que vous avez souhaité adresser au Collège Communal d’Andenne et aux promoteurs du projet de carrière Mâle Plume, par l’intermédiaire de notre ASBL !

Ces questions, toutes pertinentes, représentent les innombrables interrogations que le simulacre de présentation du 17 juin dernier a suscité auprès de vous.

Et comment aurait-il pu en être autrement ? Les riverains et les habitants de la région connaissent les nombreuses conséquences de l’exploitation des carrières. A fortiori lorsqu’il s’agit de projets de la dimension de Mâle Plume.

Bien que fastidieux, l’exercice n’aura pas été vain. En effet, pour mémoire, si les thèmes abordés par ces questions ne rencontrent aucune réponse dans la future étude d’incidence, cette dernière pourrait être déclarée caduque… invalidant la procédure de demande de permis d’exploiter.

Les sociétés Solvay et Van Nieuwpoort, ainsi que leur bureau d’études AEP n’auront pas assez de 14 mois pour remettre un projet réaliste… Peut-être, le bon sens aidant, et se rendant compte des nombreux obstacles infranchissables qui jalonnent leur dossier, confirmeront-elles rapidement leur retrait et accepteront-elles la « main tendue » du Ministre Antoine en entamant rapidement des conversations.